Le destin de Sophie Marceau est placé sous le signe d’une bonne étoile.  Tout a commencé il y a 18 ans, lorsque Claude Pinoteau recherchait une adolescente pour son film La Boum.

Sophie Marceau est engagée pour le rôle principal. Le film cartonne au box-office et fait le tour de la terre, pour le bonheur de Sophie qui devient le symbole d’une jeunesse sans histoire. Elle enchaîne alors sur La Boum 2 pour lequel elle recevra le césar du meilleur jeune espoir féminin. Sa carrière est désormais lancée. Dès lors, elle joue aux côtés des plus grands; Gérard Depardieu dans Fort Saganne, Jean-Paul Belmondo dans Joyeuses Pâques, Philippe Noiret dans Chouans… Maurice Pialat la réclame pour Police et Andrzej Zulawski lui confie un rôle très difficile dans L’Amour braque, qui lui permettra de se débarrasser définitivement de son image d’éternelle adolescente.

Chose rare, la popularité et les films de Sophie Marceau traversent les frontières, séduisant aussi bien le public allemand que russe ou japonais. Pourtant, il faudra attendre jusqu’en 1995 pour voir apparaître son nom au générique d’un film américain, Braveheart, de et avec Mel Gibson. C’est la consécration pour Mel Gibson qui remporte plusieurs oscars et ouvre les portes d’Hollywood à Sophie Marceau. Les propositions affluent et bizarrement, c’est dans la peau d’Anna Karénine qu’on la retrouve dans une production américaine (sortie l’an dernier). L’actrice française ne peut résister aux yeux doux d’Hollywood qui lui offre à nouveaux deux projets: une comédie romantique tournée cet été à Los Angeles aux côtés de l’acteur comique David Spade et de Patrick Bruel; et dans un futur proche, A Midsummer Night’s Dream avec Michelle Pfeiffer, Kevin Kline et Sam Rockwell.

Sophie Marceau dans FirelightEn attendant, elle est à l’affiche dans Firelight, première réalisation de William Nicholson, scénariste britannique de Shadowlands, Nell et FirstKnight. Elle y incarne Élisabeth, une gouvernante suisse qui accepte de porter l’enfant de Charles (Stephen Dillane) contre 500 livres pour éponger les dettes de son père. Durant trois nuits, ces deux personnes étrangères l’une à l’autre vont s’aimer pour donner naissance à une petite fille. Neuf mois plus tard, Louisa naît et est aussitôt retirée à sa mère. Huit années passent et Élisabeth, qui n’a jamais oublié son enfant secret, se fait engager comme gouvernante de Louisa (Dominique Belacourt). Firelight est un drame romantique plein de charme où Sophie Marceau dégage une sensualité à fleur de peau, dévoilant tous ses talents de tragédienne. Même si le scénario est conventionnel et sans véritable surprise, on se laisse prendre au jeu, à la magnifique lumière et à la musique envoûtante.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here