Par Marine Olivesi

«Mer ou montagne ?» C’est l’éternelle question, celle qui mobilise pendant des semaines entières les familles françaises, bien avant les sacro-saintes grandes vacances. Depuis que celles-ci furent intronisées comme un droit annuel, depuis 1936 précisément lors des premiers congés payés en France, les destinations et formules touristiques n’ont cessé d’innover, de se démocratiser et sont aujourd’hui pléthores. Depuis quelques années, une formule qui n’a pourtant rien de nouveau, connaît un vrai coup de jeune : les vacances sur une péniche. Ni mer, ni montagne, mais un «entre-deux» original qui en ravit plus d’un.

Éloge de la lenteur
Quiconque a mis les pieds sur une péniche vous le confirmera : le plus grand pouvoir de séduction de celle-ci est d’être un tout, ou plutôt d’être tout à la fois : moyen de locomotion, lieu de vie et espace de loisirs. Ces trois fonctions se confondent au point de n’en faire plus qu’une : un lieu de vacances par excellence. La simple vie quotidienne à bord est en soi une activité suffisamment originale pour en faire oublier la vie de tous les jours. Quant à la conduite de la péniche, elle devient vite le loisir le plus disputé entre les membres de l’équipage. À l’heure où nos vies modernes s’écartèlent entre un impératif de vitesse et un besoin d’ancrage, entre frénésie fébrile et temps morts perçus comme stériles, la lenteur de ce mode de vie nomade offre des vacances reposantes, grisantes, voire quelque peu curatives.

La péniche ne laisse aucun autre choix que de se conformer à son rythme. Qu’ils soient de nature hyperactive ou plutôt paresseuse, petits et grands s’en imprègnent progressivement. Voilà certainement la raison du succès grandissant de la formule: rares sont les vacances qui permettent à tous les membres d’une famille de vivre au même rythme et offrent cette unité d’espace. Le mouvement constant et les multiples activités (voir ci-dessous) empêchent que la promiscuité ne devienne étouffante. La vie sur une telle embarcation renforce même la cohésion du groupe et conjure le risque de vacances au cours desquelles chacun vaque à ses activités pour ne se retrouver que le temps des repas. D’autant plus qu’une vraie solidarité naît de certaines épreuves, comme le passage des écluses. Aussi anodines soient-elles, elles exigent en effet une coordination sans faille ! Certains doivent manœuvrer habilement, d’autres lancer des cordes ou sauter à terre pour les attacher… Quant aux enfants, heureux de pouvoir participer au même titre que les autres à ces activités d’importance, ils sont souvent les premiers à s’enthousiasmer.

Nulle surprise donc à ce que ces vacances séduisent autant, et offrent aujourd’hui une seconde jeunesse à ce vieux canal du Midi, destination favorite pour l’activité.

Petite histoire du canal du Midi
Conçu pour relier la Garonne, et donc l’Atlantique, à la Méditerranée et éviter ainsi un long détour par le détroit de Gibraltar, le principe de l’ouvrage remonte à l’Antiquité sous l’empereur Auguste. Il fallut la ténacité d’un homme, Pierre-Paul Ricquet, pour venir à bout de ce projet fou sous le règne de Louis XIV. L’entreprise fut titanesque et les moyens techniques requis à la pointe de leur époque : il s’agissait tout de même de créer et d’alimenter un cours d’eau artificiel d’une vingtaine de mètres de large sur 240 km de long, soit au total 7 millions de m3 de terre tassée à retirer ! De 1662, date des premiers plans, à 1681, date de son ouverture à la navigation, des milliers d’hommes et femmes ont travaillé à la réalisation de ce canal, inscrit depuis 1996 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Thomas Jefferson s’intéressa de près à ce bijou technique lorsqu’il était diplomate en France et aurait même envisagé la réalisation d’un ouvrage similaire pour relier le fleuve Potomac au lac Érié ! Le canal du Midi est aujourd’hui le plus ancien canal d’Europe encore en fonctionnement, à vocation purement touristique depuis que le fret s’est déporté vers les voies ferroviaires au 19e siècle. Cette raison d’être semble plutôt lui réussir puisqu’ils sont aujourd’hui environ 50.000 chaque année à naviguer à bord d’un des 450 bateaux de location.

Patrimoine culturel et architectural, destination touristique ayant conservé tout son charme, le canal du Midi est devenu bien plus que ce qu’il était à l’origine : un simple – mais complexe – canal de transit. La beauté des ouvrages réalisés lors de sa construction et des paysages qu’il traverse en fait un lieu de croisière à nul autre pareil. On se dit alors que mer et montagne n’ont qu’à bien se tenir… car la campagne n’a jamais été aussi belle qu’au fil de l’eau.

Du lever au coucher

10 choses à faire lors d’une croisière en péniche

  • Aller chercher croissants et autres ravitaillements pour la journée au village le plus proche – qui n’est jamais bien loin ! Le vélo restant le moyen de locomotion le plus pratique une fois embarqué, pensez à en louer dès la prise de péniche. (La plupart des agences de location en proposent.)
  • Vérifier le parcours à effectuer dans la journée selon les étapes initialement prévues et préparer du temps supplémentaire selon le nombre de passage d’écluses et la fréquentation. Prévoir de ne pas lever l’ancre trop tard en conséquence.
  • Aider les éclusiers lors du passage d’écluses manuelles (33 des 63 écluses du canal du Midi le sont). Le coup de main sera apprécié… voire récompensé par une gâterie du coin !
  • Essayer de prendre la barre, même si c’est intimidant ! Il est dommage de passer à côté de quelques montées d’adrénaline (quand par exemple un vieux pont de pierre se profile et restreint considérablement la largeur du canal !).

Préférer, afin de rendre l’activité plus agréable et ne pas isoler les conducteurs, un modèle de péniche qui dispose des commandes sur le ponton.

  • Pour les sportifs, faire un jogging pour se défouler sur les berges qui ont été aménagées de part et d’autre du canal, souvent bien protégées du soleil par les arbres. Les plus rapides peuvent courir à la vitesse de la péniche, celle-ci n’étant pas très rapide, pour les autres préférer le vélo !
  • Aménager l’avant du ponton (l’arrière étant le lieu de commande et la table) avec quelques coussins et couvertures : un lieu idéal pour la sieste ! Lézarder sur une péniche en mouvement tantôt ombragée tantôt ensoleillée. Penser simplement à dégager le ponton lors du passage d’écluse parfois mouvementé et très éclaboussant.
  • Faire une pause et partir en excursions culturelles pour visiter le riche patrimoine du Sud-Ouest. De nombreuses églises et autres vieux monuments jonchent le parcours du canal, accessibles en vélo ou à pied.

Ne pas manquer le musée Pierre-Paul Riquet à Port Lauragais… Toute l’histoire du canal y est contée de façon pédagogique et ludique.

  • S’arrêter de conduire dès que la nuit commence à tomber comme l’oblige le règlement de circulation sur le canal.
  • S’offrir un soir un repas au restaurant et commander un cassoulet, plat typique de la région. Castelnaudary, charmante petite ville sur le parcours du canal du Midi entre Carcassonne et Toulouse, autrement connue sous le nom de «capitale mondiale du cassoulet», en est une excellente occasion.
  • Dormir à la belle étoile sur le ponton. C’est une bonne alternative au peu d’espace et à la chaleur parfois étouffante des cabines tout en profitant de magnifiques nuits étoilées au son du clapotis de l’eau. Craignant moins l’inconfort, les plus jeunes y penseront rapidement : prévoyez donc quelques sacs de couchage.

La location de bateau

Crown Blue Line
Depuis plus de 30 ans, Crown Blue Line, leader du tourisme fluvial et de la location de petites péniches, vous propose de vivre d’inoubliables vacances en bateau fluvial ! Les débutants naviguent facilement et manœuvrent leurs bateaux sans permis.
www.crownblueline.fr

Navicanal
Location de bateaux habitables, sans permis sur le canal du Midi au départ de Toulouse.
www.navicanal.com

La flotte de Emeraude Navigation
Location de bateau sans permis sur le canal du Midi pour des séjours d’un week-end, d’une semaine ou d’un mois.
www.emeraude-navigation.com

Aquitaine Navigation
Au cœur du Sud-Ouest de la France, Aquitaine Navigationvous accueille tous les jours de fin mars à début novembre. Ce loueur familial indépendant met à votre disposition un grand nombre de bateaux très confortables et parfaitement équipés.
www.canal-du-midi.org/aquitaine-navigation

Croisière en chambres d’hôtes

Bateau Béatrice
Croisières de 2 à 6 jours (ou plus encore)en pension complète de 2 à 4 personnes. Vous habitez sur une péniche de 22 mètres largement ouverte sur la nature. Votre cabine habitable est dotée d’une salle de bain (baignoire, lavabo et wc). En croisière les repas sont pris dans la timonerie avec vue circulaire sur les paysages.
www.bateau-beatrice.com

Rosa Croisières
Croisière d’une semaine du dimanche après-midi 17h au samedi matin 10h.

Quatre parcours possibles : Toulouse – Agen, Agen – Castets/Bordeaux, Toulouse – Carcassonne ou Castets – Estuaire. Il existe des croisières à thème : peinture, calligraphie, golf, équitation. Des activités vous sont aussi proposées : survol en avion ou montgolfière.
www.rosa-croisieres.com

Clair de Lune
La péniche de luxe Clair de Lune a été construite par Berend Gozen et propose, depuis vingt ans, des croisières pour une clientèle internationale. Six personnes peuvent partager trois cabines, chacune équipée d’une salle de bain privée. À chaque instant de l’excursion, vous pourrez observer des paysages magnifiques sur le canal du midi.
www.hotelbargeclairdelune.com

Le canal à vélo
Il est possible de suivre le canal du Midi à vélo, tout au long des 290 km de chemins qui le bordent.

La bicyclette verte
Huit jours pour découvrir le canal du Midi en vélo et seulement en vélo ! Toulouse, lacité gasconne, est le point de départ du circuit «Le canal du Midi». Vous le longerez, et avec lui, traverserez les villes renommées deCarcassonne, Narbonne… Toute une ambiance, des curiosités, de la nature, une histoire… Les vélos sur ce circuit sont équipés de pneus increvables.
www.bicyclette-verte.com

Agences de voyage

Kilya Tourisme
Kilya Tourisme est un créateur de séjours sur mesure et de voyages en «eau douce».
www.kilya.com

Offices de tourisme

Comité Régional de Tourisme d’Aquitaine
23 parvis des Chartrons – Cité mondiale
33074 Bordeaux cedex
+33 (0)5.56.01.70.00
www.tourisme-aquitaine.fr

Comité Régional de Tourisme Languedoc Rousillon
20 rue de la République
34000 Montpellier
+33 (0)4.67.22.81.00
www.cr-languedocroussillon.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here